Cela fait quelque temps qu’on se demande la vraie identité de Satoshi Nakamoto, à l’origine de bitcoin. Récemment, 2 sites web ont avancé qu’il s’agit d’un Australien du nom de Craig Wright.

 

Des billets de blog et des courriels comme preuve

Wired et Gizmodo, se sont basés sur des documents appartenant à Mr Wright envoyés par une personne anonyme. Le premier document est un courrier datant de 8 janvier 2014 où l’Australien se servait de l’adresse satoshi@visitomail.com. Ensuite, il y a un autre mail, encore à l’état de brouillon, mais signé Satoshi Nakamoto.

Le site Wired montre la transcription d’une réunion entre l’Australien et ses avocats indiquant qu’il faisait tout pour bien gérer bitcoin depuis 2009, mais qu’avec tous ses efforts, on risque de le débusquer. Le site avance aussi un autre email que Mr Wright a envoyé à un de ses collègues le 6 mars 2014. À cette époque, le magazine Newsweek avait indiqué que Satoshi Nakamoto était un ingénieur californien du nom de Dorian. Dans le courriel publié par Wired, le créateur de bitcoin aurait réfuté les allégations de Newsweek disant qu’il ne vient pas des États-Unis et qu’il ne s’appelle pas Dorian…

La dernière preuve de Wired est des billets publiés par l’Australien sur son blog, avant que bitcoin soit lancé. Dans un communiqué publié le 10 janvier 2009 (qui a été effacé ensuite), il stipule que la version bêta de bitcoin va être mise en ligne demain.

La dernière preuve des deux sites est un accord entre Craig Wright et David Kleiman. Décédé en 2013, celui-ci aurait aussi participé à créer bitcoin. Cet accord stipule que le défunt acceptait de gérer le fonds ‘Tulip Trust’ de 1.1 million de bitcoins.

 

Une perquisition à domicile

Le profil de Mr Wright laisse penser qu’il pourrait réellement être le créateur de bitcoin : il a créé différentes entreprises dont plusieurs sont reliées au bitcoin, il possède 60 millions USD en bitcoin, il aime la culture japonaise… Après la publication de l’article, les autorités australiennes ont fait une perquisition dans son domicile et dans son bureau.

Toutefois, les deux sites américains ne confirment pas la véracité des preuves qu’ils ont reçues. Ils pensent que c’est Mr Wright qui se cache sous le pseudo de Satoshi Nakamoto, mais ils n’en ont pas la certitude.